LAILLET BORDIER FÊTE SES 30 ANS


Le cabinet chartrain Laillet Bordier figure parmi les quinze meilleures sociétés françaises de gestion patrimoniale. L'enseigne fête ses 30 ans d'existence, cette année. L'histoire est née d'une amitié entre Gérard Laillet et Étienne Bordier.

Les deux hommes sont issus du milieu bancaire, l'un directeur adjoint d'un grand groupe, l'autre chef d'agence. Dans les années quatre-vingt, après quinze ans d'expérience, le duo décide de créer un cabinet conseil en gestion de patrimoine. « Nous avons osé alors que la gestion des placements et des investissements étaient exclusivement réservés aux banques », se rappelle Gérard Laillet.
« Mais il n'existait pas de cabinet d'expertise spécialisé. » Ce pari a été couronné de succès grâce aux compétences professionnelles acquises par les deux complices, et par leur réseau relationnel.

Créée le 1 er mars 1988, la société Laillet Bordier respecte des règles essentielles comme le précise Gérard Laillet : « La discrétion et la confidentialité. C'est essentiel. » La gestion du patrimoine consiste à optimiser la valeur des biens immobiliers et mobiliers mais également dans le domaine de l'assurance, de l'épargne et de la succession.

Des projets rentables pour les clients

« Nos conseils ne sont pas orientés. Nous sommes indépendants, et c'est une grande différence. Nous avons sélectionné des partenaires performants, techniques et professionnels, ce qui permet de proposer un projet rentable au client », ajoute Gérard Laillet.

À travers des choix judicieux de sociétés partenaires, le cabinet Laillet Bordier s'est développé avec fulgurance en Eure-et-Loir, à Paris et sa région, et au niveau national. Une conquête réalisée sans aucune démarche commerciale : « Nous gérons fréquemment des patrimoines de quatre générations dans une même famille. »

Le cabinet Laillet Bordier s'est renforcé avec des experts spécialisés : Christophe Brousseau, Viviane Le Roux (directeur général), Estelle Bourgeot et Loïc Toutée-Duval. Ces conseillers interviennent dans le secteur des particuliers, de l'entreprise, des professions de santé, du monde agricole et de la tutelle. Les recrues sont toutes d'origine chartraine.

Au fil des années, la société a prospéré. Même les crises économiques de 1991 et 2008 n'ont pas ralenti sa progression : « Nous avons accompagné nos clients pour leur éviter le stress tout en poursuivant nos analyses et nos conseils. » Le directeur général, Viviane Le Roux, ajoute : « Nous avons cette faculté de nous adapter lorsqu'il y a des incertitudes, des changements de loi ou de gouvernement. Notre objectif, c'est d'être utile et d'apporter une valeur ajoutée, tout en ayant de la rigueur. »

Les personnes vulnérables ou handicapées sont devenues un des axes de développement de la société Laillet Bordier. Elle collabore aujourd'hui avec vingt tribunaux d'instance. L'enseigne est même référencée par la justice, par cinq Udaf (Union départementale des associations familiales) et quatre mandataires judiciaires privés, dont deux à Paris. La structure chartraine a réussi à s'introduire dans un milieu fermé, à en connaître les circuits en étant très pointue, et donc à être crédible dans son rôle de conseil.

Les fondateurs ont passé la main

Les deux associés historiques ont quitté l'entreprise pour profiter de leur retraite. Gérard Laillet est parti en 2013 et Étienne Bordier en 2017. Le Chartrain Thomas Louis (coprésident du club de rugby de Chartres), entré dans le capital de la société en 2006, en est le président. L'enseigne poursuit son développement dans le conseil auprès des chefs d'entreprises et des personnes vulnérables, tout en continuant de fluidifier les liens tissés avec les acteurs locaux notamment les avocats, les notaires et les experts comptables. Le directeur général confie les raisons de la pérennité de Laillet Bordier : « Notre réussite vient de notre faculté d'être créatif et optimiste. »


En chiffres

  • salariés travaillent pour la société Laillet Bordier. 
  • 2.500 clients en France.
  • 250 millions d'euros gérés par la société chartraine.
  • 1,42 million d'euros par an de chiffre d'affaires réalisé par Laillet Bordier.

 

Thierry Delaunay
L'Echo Républicain